in

Blood Red Sky : détails à connaître avant de le regarder sur Netflix

Mois après mois, Netflix sort souvent une production originale qui, à première vue, semble être un pile ou face et qui s’avère être un succès indéniable auprès du public. Blood Red Sky (Ciel rouge sang), réalisé par Peter Thorwarth, est le dernier phénomène de la plateforme de streaming.. Une histoire de terrorisme et de vampires, en somme. Bien qu’il offre un certain nombre de couches qui donnent une autre dimension à l’histoire.

Le film est sorti le 23 juillet et certains réclament déjà une suite. Est-ce lié à la fascination que les avions peuvent susciter (dans certains cas), ou au fait qu’il s’agit d’espaces dans lesquels les intrigues semblent ne pas avoir de dimensions distinctes mais où des productions efficaces peuvent être réalisées ? Les deux questions pourraient être associées à une autre sensation : il s’agit d’un espace physique fini.

Dans ce sens, Blood Red Sky offre une autre particularité : il ne s’agit pas d’un énième vol fictif détourné. À ce détail s’ajoutent des aspects fantastiques, si attrayants de nos jours à en juger par la portée de diverses séries Netflix, telles que The Witcher et Sweet Tooth : The Deer Boy. Cela rend l’intrigue d’autant plus captivante.

Blood Red Sky : lore et synopsis

 

La transcendance dans l’espace est l’une des fascinations naturelles d’une partie de l’humanité. Si l’on devait chercher un film qui décrit une partie de cette quête, on pourrait mentionner Interstellar (Christopher Nolan, 2014). Quand il s’agit de transcender l’espace sans vouloir quitter la terre, l’avion est une constante du cinéma.

Cette relation va de Sierra de Teruel (André Malraux, 1939) à Dunkerque (Christopher Nolan, 2017). Entre ces films et en marge de ceux-ci, une poignée d’autres peuvent être référencés : Le Carnaval des aigles (George Roy Hill, 1975), Out of Africa (Sydney Pollack, 1985), The Aviator (Martin Scorsese, 2004), Snakes on the Plane (David R. Ellis, 2006), The Wind Rises (Hayao Miyazaki, 2013) et Sully (Clint Eastwood, 2016).

Blood Red Sky répond à cette tradition, en ajoutant une intrigue qui pourrait la remettre au goût du jour. Les indices sont offerts par le synopsis officiel : “Une femme atteinte d’une mystérieuse maladie est obligé d’agir lorsqu’un groupe de terroristes tente de détourner un vol transatlantique de nuit.. Pour protéger son fils, elle devra révéler un sombre secret et libérer le vampire qu’elle s’est efforcée de cacher.

Direction et acteurs

Peter Thorwarth a une longue carrière dans la production de films, qu’il s’agisse de longs ou de courts métrages. Le monde l’a peut-être connu comme le scénariste, avec Dennis Gansel, de La Vague (Dennis Gansel, 2008).. En plus de cette production, il y en a d’autres pour lesquelles il a également reçu une certaine reconnaissance, comme Bang Boom Bang (1999) et Wir sind die Welle (2019).

Sa carrière a alterné entre l’écriture et la réalisation. Dans Blood Red Sky de Netflix, les deux s’associent car Peter Thorwarth, en plus de réaliser, l’a également coécrit avec Stefan Holtz. Leur travail est lié à celui des producteurs Christian Becker et Benjamin Munz, qui se sont occupés de détails tels que l’adaptation de l’avion pour le tournage. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un vrai, il s’agissait d’un modèle réduit afin de mieux recréer les différentes atmosphères.

Cette équipe, ainsi que la photographie de Yoshi Heimrath et l’assistance à la réalisation de Jakub Dvorak et Holger Hage, est accompagnée des acteurs suivants : Graham McTavish (Le Hobbit : La bataille des cinq armées, 2014), Dominic Purcell (Prison Break), Roland Møller (Land of Mine, 2015), Alexander Scheer (Enfant Terrible, 2020), Peri Baumeister (The Last Kingdom, 2019), Kais Setti (Oray, 2019) et Chidi Ajufo (Doom : Annihilation, 2019).

Blood Red Sky est sur Netflix. et a une durée totale de 2 heures et 3 minutes.

Les États-Unis poursuivent leur croisade contre DJI

Passez à Android, l’application devant être lancée par Google pour la migration vers iOS