Dune a été écrit dans un logiciel MS-DOS obsolète.

Si vous avez vu le nouveau film Dune ou du moins ses bandes-annonces, vous aurez probablement remarqué les effets et les paysages incroyables montrés dans le film, ce qui est dû à la technologie avancée qui permet de développer une telle cinématographie aujourd’hui. Cependant, dans le cas du scénario, c’est tout le contraire qui s’est produit, puisqu’un programme obsolète a été utilisé pour l’écrire.

Eric Roth, le scénariste de cette adaptation cinématographique, a utilisé un vieux programme appelé Movie Master : un logiciel vieux de 30 ans qui ne fonctionne que sur MS-DOS, le système d’exploitation développé par Microsoft en 1981.

Roth est surtout connu comme le scénariste de Forrest Gump, pour lequel il a remporté un oscar en 1994, et pour ses autres scénarios nommés aux oscars, The Insider, Munich, The Curious Case of Benjamin Button et A Star Is Born (2018). Son scénario le plus récent, Killers of the Flowers Moon, est actuellement en post-production avec le réalisateur Martin Scorsese.

Pour adapter Dune, le roman de science-fiction de Frank Herbert paru en 1965, Roth a travaillé avec le scénariste Jon Spaihts (à qui l’on doit Prometheus et Doctor Strange) et son travail a finalement été porté sur grand écran par le réalisateur Denis Villeneuve.

La méthode archaïque de Roth

Dans une interview de 2014, Roth a déclaré : « Je travaille sur un vieux programme informatique qui n’existe plus », faisant référence au mythique Movie Master. Et il a continué à l’utiliser au moins jusqu’en 2018, lorsqu’il a écrit le scénario de Dune, comme il l’a suggéré dans un podcast l’année dernière.

Dans la même interview de 2014, alors que Roth évoquait sa routine de travail, il a ouvert une fenêtre DOS sous Windows XP et a lancé Movie Master 3.09 à l’aide d’un vieux clavier beige.

Comme le raconte Roth, parce que sa méthode est si ancienne, ses collègues ne peuvent pas obtenir ses scripts par Internet ; ils ne peuvent même pas les envoyer par courriel. Roth donne donc à l’équipe une copie papier à scanner, puis chacun met le script sur son ordinateur.

Pour Roth, l’utilisation de cette ancienne méthode « est à moitié superstition et à moitié peur du changement ». Cependant, le fait de travailler sans connexion Internet rend également son travail difficile à pirater et, comme il le mentionne, évite les distractions.

Le programme ne lui permet d’écrire que jusqu’à 40 pages, sinon le système manque de mémoire. Mais c’est exactement ce qui l’aide à structurer ses scénarios. « J’aime ça parce que ça sépare les actes. Si je ne l’ai pas dit en 40 pages, je me rends compte que je commence à avoir des problèmes », dit Roth.

Pour beaucoup, ce choix de l’écrivain peut sembler absurde, mais il est approprié pour le monde de Dune d’Herbert, où tous les superordinateurs et les robots intelligents ont été interdits. En fait, tous les calculs complexes y sont effectués par des humains spécialement formés, appelés Mentats.

Bien que la plupart des scénaristes utilisent aujourd’hui des programmes modernes comme Final Draft, laissant au passé des logiciels comme Movie Master, Herbert serait probablement fier de Roth pour ne pas avoir avancé avec les nouvelles technologies comme il l’a fait dans le roman.

D’autres écrivains qui préfèrent les logiciels discontinus.

Roth n’est pas le seul écrivain à utiliser des logiciels plus anciens pour produire ses œuvres. George R.R. Martin a utilisé le logiciel MS-DOS WordStar 4.0 pour écrire tous les livres de Game of Thrones.

Lors de l’émission télévisée Conan en 2014, l’auteur a déclaré qu’il appréciait la simplicité de ce logiciel de 1978 et qu’il n’aimait pas la correction automatique et les correcteurs orthographiques modernes. « Si je voulais une majuscule, j’aurais tapé une majuscule. Je sais comment fonctionne la touche « shift » », a-t-il plaisanté cette fois, s’attirant un petit rire du public qui l’accompagnait.

Comme George R.R. Martin, d’autres écrivains de science-fiction préfèrent utiliser ce programme du passé, comme Robert James Sawyer (The Terminal Experiment).

Sawyer a écrit un article entier expliquant pourquoi WordStar est son logiciel d’écriture préféré, bien qu’il soit passé par WordPerfect, Word, MultiMate, Sprint, XyWrite et tous les autres programmes de traitement de texte pour MS-DOS ou Windows.

Dans l’article, Sawyer affirme que WordStar aide à réaliser une composition créative grâce à son interface conçue pour les dactylos. En fait, ce logiciel est sorti en 1979, avant que les claviers d’ordinateurs ne soient standardisés.

À l’époque, la plupart des claviers ne comportaient pas de touches fléchées pour déplacer le curseur ou de touches de fonction spéciales pour émettre des commandes. Ces claviers n’avaient que la disposition standard des machines à écrire : une disposition QWERTY, des touches alphanumériques et une touche de contrôle.

Selon Sawyer, de nombreux écrivains préféraient également WordStar : Roger MacBride Allen, Gerald Brandt, Jeffrey A. Carver, Arthur C. Clarke, David Gerrold, Terence M. Green, James Gunn, Matthew Hughes, Donald Kingsbury, Eric Kotani, Paul Levinson, Vonda McIntyre, Kit Reed, Jennifer Roberson et Edo van Belkom.

Et comme il le raconte dans son essai, celles-ci ont été critiquées par les utilisateurs de WordPerfect, un logiciel tout aussi ancien, mais qui a été mis à jour et a remplacé WordStar au début des années 1990.

Quoi qu’il en soit, l’important est que des programmes comme WordStar et Movie Master, aussi vieux soient-ils, fassent leur travail, qui est d’héberger les œuvres impressionnantes d’écrivains comme Eric Roth. En fait, au cours de son premier week-end, Dune a rapporté 41 millions de dollars au box-office, sans compter les chiffres considérables du streaming sur HBO Max.