Envoyer des vaisseaux spatiaux dans l’espace pourrait être moins cher grâce à l’iode

L’envoi d’un vaisseau spatial dans l’espace est très coûteux, notamment en raison du carburant nécessaire pour faire fonctionner les boosters des fusées.

L’un des éléments les plus couramment utilisés dans l’industrie aérospatiale est le xénon, qui est très cher, environ 3 000 dollars par kilogramme.

Compte tenu du grand nombre de satellites et d’engins spatiaux qui seront lancés au cours de la prochaine décennie, la communauté scientifique est à la recherche d’un composant qui permettra de réduire les coûts élevés des lancements spatiaux.

Plusieurs universités et entreprises ont étudié comment l’iode pourrait être utilisé comme une alternative de propulsion révolutionnaire.

« L’iode est nettement plus abondant et moins cher que le xénon, et présente l’avantage supplémentaire de pouvoir être stocké sans pression sous forme solide », a déclaré Dmytro Rafalskyi, cofondateur de la société ThrustMe, dans un communiqué.

La société a déjà testé le système et a publié les résultats des tests dans la revue Nature.

Le satellite Beihangkongshi-1, lancé sur une fusée Longue Marche 6 en novembre 2020, a pu utiliser le propergol iodé de ThrustMe pour modifier son altitude entre 200 et 400 mètres lors de chacun des 11 tirs d’essai.

« Cette démonstration réussie signifie que nous pouvons passer à l’étape suivante du développement de la propulsion à l’iode », ajoute M. Rafalskyi.

« Parallèlement à nos tests dans l’espace, nous avons développé de nouvelles solutions permettant des performances plus élevées et nous avons commencé une vaste campagne de tests d’endurance au sol pour repousser encore les limites de ce nouveau système. »

Les chercheurs espèrent que la technologie de propulsion à base d’iode pourrait devenir l’avenir de l’industrie aérospatiale.