Halloween Kills : Le mal meurt-il ce soir ?

Halloween approche et avec elle une série de rituels qui se répètent année après année, par imitation ou simplement pour le divertissement. Et si mettre des citrouilles avec de faux visages et des toiles d’araignée dans nos maisons n’est pas une tradition très répandue, l’arrivée du mois de novembre s’accompagne généralement de premières de films qui ne nous laissent jamais indifférents.

Envie d’un film d’horreur ? Bien que les films d’horreur deviennent de plus en plus « sophistiqués » ou « psychologiques », nous sommes nombreux à apprécier les films de genre « old school ». Nous parlons de maisons abandonnées terrifiantes, de couteaux, de catastrophes, d’obscurité, de cris. Et du sang par gallon, bien sûr.

C’est ce que propose Halloween Kills, le dernier film de la franchise qui, comme son protagoniste Michael Myers, refuse de mourir. Dans Tribune Occitanie en Español, nous avons pu voir le film avant sa première, et aussi participer à une table ronde avec des acteurs et des producteurs qui ne cachent pas leur excitation à l’idée que ce nouveau volet parvienne à réitérer – au moins en partie – le succès de la suite précédente.

Ils vont avoir du mal : Halloween 2018 (David Gordon Green, avec l’emblématique Jamie Lee Curtis), a été un énorme succès au box-office : il a rapporté plus de 250 millions de dollars dans le monde entier et est devenu, dans la foulée, le volet le plus rentable d’une franchise qui fait peur aux gens depuis maintenant quatre décennies. Comme si cela ne suffisait pas, Halloween 2018 a établi un nouveau record pour le plus grand week-end d’ouverture jamais réalisé pour un film d’horreur mettant en scène une femme.

Mais, voyons voir : Michael Myers n’était-il pas mort ?

Qu’en pensez-vous ? La fin d’Halloween 2018 n’a été qu’une pause dans le déchaînement criminel de l’infâme homme masqué, et quelques minutes seulement après que Laurie Strode (Curtis), sa fille Karen (Judy Greer) et sa petite-fille Allyson (Andi Matichak) aient laissé le monstre en cage et englouti par les flammes dans un sous-sol, il est revenu à la charge.

Dans Halloween Kills, les femmes de la famille Strode se joignent à un groupe d’autres survivants du premier massacre de Michael pour prendre la situation en main, formant une foule déterminée à traquer « La Forme » une fois pour toutes sous une devise qui se répète comme un mantra : le mal meurt ce soir.

Pour ceux d’entre nous qui sont en âge de le faire, le film nous ramènera à une époque où les histoires d’horreur se transmettaient de bouche à oreille, où les affiches des premières remplissaient les pages des journaux et les abribus, et où les visites au cinéma étaient incontournables. Streamimg a frappé fort dans les salles, et COVID-19 a semblé terminer sur le terrain l’une des cérémonies les plus attachantes du siècle dernier. Et si cela vaut pour tous les films, dans le cas de Halloween Kills, c’est encore plus péremptoire : vous devez le voir au cinéma. Vous devez retourner dans les salles de cinéma, vous asseoir dans le noir avec des connaissances et des inconnus et crier à chaque coup de couteau, chaque décapitation et chaque mort horrible que Myers inflige à ses victimes. Bientôt, vous pourrez le regarder en streaming, oui… mais ce ne sera jamais, jamais la même chose.

Est-ce que le mal meurt ce soir ? Après le succès d’Halloween 2018, et en écoutant l’enthousiasme avec lequel Jamie Lee Curtis et les producteurs évoquent le film, cela semble peu probable. Halloween Kills récupère – ou peut-être mieux, actualise – certaines formes d’horreur qui ont été exploitées dans les années 70 et 80 et qui, au cours des dernières décennies, ont été décriées ou simplement ignorées par un cinéma qui se voulait plus conceptuel (ou guindé, si vous préférez) dans sa façon de raconter l’horreur. Halloween Kills nous ramène à ce tueur qui tue simplement parce qu’il ne peut pas s’en empêcher, et pour ce faire, il utilise la première chose qu’il trouve, même si le couteau de cuisine restera toujours son arme de prédilection. Pendant ce temps, les victimes fuient avec terreur, se rassemblent, se disputent, s’embrouillent et finissent par tomber comme des mouches.

Que vous le recherchiez ou non, Halloween Kills finit par rendre hommage aux films d’horreur qui ont été réalisés et appréciés il y a plusieurs décennies. Après des mois d’absence de spectacles de masse, de confinement et de distance sociale forcée, ce film est une excellente excuse pour remplir à nouveau les salles de spectateurs (et de cris). Faites-le : vous vous amuserez. Parce que c’est de ça qu’il s’agit.

Halloween Kills (2021)

Écrit par : Scott Teems, Danny McBride et David Gordon Green, d’après les personnages créés par John Carpenter et Debra Hill.
Genre : Horreur, Crime, Suspense
Cast : Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak, Will Patton, Thomas Mann et Anthony Michael Hall.
Directeur : David Gordon Green
Évaluation : R
Durée: 106 minutes

Dans les cinémas le 15 octobre

Plus de streaming : Netflix | Hulu | Disney Plus | HBO | Amazon Prime