La destruction d’un satellite russe a mis l’ISS en danger.

Le département d’État américain a qualifié l’attitude de la Russie de dangereuse et d’irresponsable après qu’un essai militaire avec un missile antisatellite a mis en danger les membres de l’équipage de la Station spatiale internationale (ISS).

Selon les États-Unis, la destruction du satellite a généré plus de 1 500 débris spatiaux identifiables et des centaines de milliers d’autres de petite taille.

Pour cette raison, les sept astronautes de la station ont reçu l’ordre de s’abriter dans les capsules amarrées pendant deux heures après l’essai militaire, par précaution au cas où une évacuation aurait été nécessaire.

L’ISS est passée en orbite à travers ou près des débris toutes les 90 minutes, jusqu’à ce qu’après le troisième passage, les spécialistes aient assuré à l’équipage qu’il était en sécurité.

La NASA a expliqué dans un communiqué qu’elle continuerait à surveiller la situation au cours des prochains jours pour écarter tout risque.

« Ce test augmente considérablement le risque pour les astronautes et les cosmonautes de l’ISS, ainsi que pour les autres activités humaines dans l’espace », a déclaré Ned Price, porte-parole du département d’État.

Ce test militaire dans l’espace n’a pas été signalé par la Russie. « Le comportement dangereux et irresponsable de la Russie met en danger la sécurité de l’espace et démontre clairement que ses déclarations contre l’utilisation d’armes dans l’espace sont fausses et hypocrites », a déclaré le fonctionnaire.

La Station spatiale internationale compte actuellement les astronautes Mark Vande Hei, Raja Chari, Thomas Marshburn et Kayla Barron, ainsi que les cosmonautes Anton Shkaplerov et Pyotr Dubrov, et l’Allemand Matthias Maurer de l’Agence spatiale européenne.