La goutte d’eau qui fait déborder le vase : l’OMS met en garde contre une pénurie de seringues de vaccins

Tout comme il y a une pénurie de composants électroniques, il pourrait également y avoir une pénurie de seringues pour les vaccins, a averti l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Selon Lisa Hedman, conseillère principale à l’OMS, le problème potentiel est qu’une génération entière d’enfants « pourrait manquer les vaccinations prévues, à moins que les fabricants ne trouvent un moyen de produire plus de seringues jetables que celles utilisées une fois. »

Hedman ajoute également que les caractéristiques de la pandémie, qui nécessite des vaccinations de masse à l’échelle mondiale, indiquent que ce n’est pas le moment de faire face à des pénuries ou à des situations qui mettent en danger la sécurité des patients et du personnel médical.

Mais selon eux, « malheureusement, la pénurie de seringues est un véritable pouvoir ». Et les seringues jetables ne peuvent pas être réutilisées, car même après stérilisation, il est possible que certaines bactéries soient encore présentes dans le matériau, ce qui représente clairement un danger.

On estime que 6,8 milliards de vaccins COVID-19 sont administrés chaque année, tandis que la capacité de production de seringues jetables est de 6 milliards par an. « Il est clair que d’ici 2022, il pourrait y avoir un déficit très important si tout continue comme ça.

En outre, le nombre de vaccinations annuelles pourrait même augmenter, si l’on veut atteindre les objectifs de l’OMS visant à accélérer le processus de vaccination dans les pays les plus pauvres, où seul un très faible pourcentage de la population a été vacciné contre le coronavirus.

Dans ce sens, une bonne solution pourrait être la nouvelle pilule COVID-19 développée par Pfizer, qui est en attente d’approbation aux États-Unis. L’efficacité de cette pilule semble être très élevée et pourrait réduire le besoin de seringues de vaccination.