Le créateur des Sopranos explique l’épisode final de la série.

En juin 2007, HBO a mis fin à The Sopranos, l’une des séries les plus populaires de l’histoire. Cependant, tous les fans de la production n’ont pas été satisfaits.

David Chase, le créateur de la série, a décidé de faire passer la scène finale brusquement au noir, laissant les téléspectateurs sans savoir ce qui est arrivé à Tony Soprano et à sa famille.

Aujourd’hui, Chase a révélé dans une interview avec The Hollywood Reporter ce qui est arrivé au personnage principal de la série.

HBO

C’est ce que le scénariste a expliqué :

« Parce que la scène que j’avais en tête n’était pas cette scène. Je n’ai pas non plus pensé à couper en noir. J’ai eu une scène où Tony revenait d’une réunion à New York dans sa voiture. Au début de chaque épisode, il arrivait de New York au New Jersey, et la dernière scène pouvait être celle de son retour du New Jersey à New York pour une réunion où ils allaient le tuer« , explique-t-il dans le média.

« Oui. Mais je crois que j’ai eu cette idée : je descendais Ocean Park Boulevard près de l’aéroport et j’ai vu un petit restaurant. C’était comme une cabane qui servait le petit déjeuner. Et pour une raison quelconque, j’ai pensé, « Tony devrait finir dans un endroit comme ça. » Pourquoi, je ne sais pas. C’était environ deux ans plus tôt », ajoute-t-il.

Par conséquent, on peut conclure après cette explication que Tony meurt dans le final de la série, une mort que les fans n’ont jamais pu voir.

Enfin, Chase a reconnu qu’il était agacé par l’attitude des fans mécontents de l’épisode final de la production.

« Je n’avais aucune idée que cela ferait autant de bruit, je veux dire, j’ai oublié ce qui se passait en Irak ou ailleurs ; Londres avait été bombardée ! Personne n’en parlait ; ils parlaient de The Sopranos. C’était une chose incroyable pour moi. Mais je n’avais aucune idée de la raison de tout ce tapage. Était-ce ennuyeux ? Ce qui était ennuyeux, c’est le nombre de personnes qui voulaient voir Tony tué. Cela m’a vraiment dérangé.