in

Toshiba crée un réseau de fibres optiques quantiques “inviolables”.

Les chercheurs de Toshiba ont fait un pas important dans le domaine de la communication quantique en Europe. Les experts ont utilisé de la fibre optique pour créer un réseau quantique de 600 kilomètres, et Ils ont établi un nouveau record de distance pour la distribution de clés quantiques, ou QKD. (Quantum Key Distribution) avec une telle infrastructure.

Ce test permet de se rapprocher d’un internet quantique mondial, selon les spécialistes. À cette fin, ils ont développé une technique qui empêche les bits quantiques envoyés d’être affectés par les changements de tension et de température.. La technologie en question, appelée stabilisation à double bande, “facilitera” le transfert d’informations protégées par un cryptage quantique entre des villes ou des pays.

L’un des défis technologiques les plus difficiles à relever pour construire l’internet quantique consiste à transmettre des cubits sur de longues fibres optiques. De petits changements dans les conditions environnementales, comme les fluctuations de température, provoquent l’expansion et la contraction des fibres, ce qui perturbe les fragiles bits quantiques.

Toshiba

Toshiba affirme que la première mise en œuvre de la stabilisation à double bande servira, à juste titre, à étendre la portée de la distribution de clés quantiques. Selon les chercheurs, les systèmes QKD commerciaux sont limités à des longueurs de fibre optique comprises entre 100 et 200 kilomètres. La nouvelle technologie a prouvé que le chemin du réseau quantique peut être porté à 600 kilomètres..

Toshiba et une percée dans l’extension de la portée du cryptage quantique.

Penser qu’à notre époque, rien ne peut être piraté semble impossible. Cependant, la distribution des clés quantiques n’est pas une solution de sécurité conventionnelle. C’est ainsi que Toshiba l’explique dans son annonce :

La méthode QKD permet aux utilisateurs d’échanger des informations sensibles (relevés bancaires, dossiers médicaux, appels privés) en toute sécurité sur un canal de communication non fiable (comme l’internet). Pour ce faire, il distribue aux utilisateurs visés une clé secrète commune qui peut être utilisée pour chiffrer et donc protéger les informations échangées sur ce canal.

La sécurité des clés secrètes repose sur les propriétés fondamentales des systèmes quantiques individuels (photons, particules de lumière) qui sont chiffrés et transmis pour la génération des clés. Dans le cas où ces photons sont interceptés par une personne non désignée, la physique quantique garantit que les utilisateurs prévus peuvent percevoir l’intrusion et ainsi protéger la communication.

Il est donc impossible de compromettre la sécurité des informations protégées de cette manière, quels que soient les progrès de l’informatique et des mathématiques. C’est parce que la sécurité de la cryptographie quantique est une dérivation des lois de la physique..

Grâce aux avancées de Toshiba, les pays et les organisations ont entre leurs mains davantage d’outils pour… faire passer la communication quantique au niveau supérieur. D’autres entreprises, comme Google, ont déjà fait savoir qu’elles avaient un intérêt manifeste pour l’informatique quantique et l’application de ses technologies dérivées.

A Quiet Place 2 revient à une tension soutenue et à l’horreur

WhatsApp va enfin résoudre le plus gros problème de l’archivage des chats