Un énorme trou formé dans l’Arctique a été signalé

De nouvelles recherches documentent la formation d’un trou de 3 000 kilomètres carrés dans la glace de mer de l’océan Arctique, dans un secteur également connu sous le nom de « dernière zone de glace ».

Cette région, située au nord du Groenland et de l’île d’Ellesmere au nord du Canada, est considérée comme la région du pôle Nord qui perdra sa glace de mer permanente et comme l’un des derniers refuges pour les espèces de cet écosystème.

Selon les chercheurs, la formation de la polynie (nom donné à l’ouverture de la glace de mer) était inhabituelle en raison de son emplacement, au large de l’île d’Ellesmere, où la glace peut atteindre cinq mètres d’épaisseur.

NASA.

« Personne n’a jamais vu de polynie dans cette zone auparavant. Au nord de l’île d’Ellesmere, il est difficile de déplacer la glace ou de la faire fondre parce qu’elle est épaisse et qu’il y en a beaucoup », explique Kent Moore, l’un des auteurs de cette étude.

« Par conséquent, nous n’avons généralement pas vu la polynie se former dans cette région auparavant ».

Cette polynie s’est formée lors de conditions de vent extrêmes dans un anticyclone persistant, ou une tempête de haute pression avec des vents forts tournant dans le sens des aiguilles d’une montre.

NASA

Les chercheurs ont examiné des décennies d’images de la glace de mer et de données atmosphériques et ont découvert que des polynies s’étaient formées à cet endroit au moins deux fois auparavant, dans des conditions similaires en 2004 et 1988, mais que personne ne l’avait jamais remarqué.

Ainsi, cette étude montre que la région n’est peut-être pas aussi résistante au changement climatique qu’on le pensait auparavant.