Une sonde spatiale a failli entrer en collision avec une autre près de la lune.

Dans l’espace, des collisions entre véhicules peuvent également se produire et des manœuvres d’évitement complexes sont nécessaires pour les éviter, comme ce fut le cas avec la sonde Chandrayaan-2, qui a failli s’écraser sur le Lunar Reconnaissance Orbiter de la NASA près de la Lune.

Dans un communiqué, l’Agence indienne de recherche spatiale (ISRO) a expliqué qu’en octobre dernier, l’orbite des deux véhicules les a amenés à moins de 100 mètres l’un de l’autre, suffisamment près pour effectuer une manœuvre d’urgence afin d’éviter tout incident majeur.

Cette manœuvre a été exécutée le 18 octobre sans aucun problème et bien que ce soit l’agence indienne qui ait effectué le déplacement, tout a été fait en coordination avec la NASA.

L’agence spatiale indienne a également expliqué que les deux véhicules se déplacent sur une orbite polaire autour de la Lune, il n’est donc pas anormal qu’ils soient proches l’un de l’autre aux pôles de la Lune. En outre, les manœuvres d’évitement sont une pratique courante, notamment chez les satellites en orbite autour de la Terre, à tel point qu’elles ont même un nom officiel : Collision Avoidance Manoeuvre, ou CAM en abrégé.

« Cet événement souligne l’importance d’une évaluation continue des approches entre les rovers vers la Lune et vers Mars », conclut le communiqué de l’ISRO. Ainsi, la réussite de ces manœuvres est possible lorsqu’il existe une collaboration et une coordination entre les différentes agences spatiales dont les engins et les véhicules spatiaux sillonnent l’espace.

La collision ayant été évitée, les deux sondes spatiales continueront d’étudier la Lune et de rechercher toute découverte présentant un intérêt pour les astronautes sur Terre, qui pourrait – potentiellement – être utile dans le cadre de futures missions de colonisation hors planète.