in

Voici ce à quoi ressembleront certaines villes si le niveau de la mer augmente.

On sait que le changement climatique et le réchauffement de la planète entraîneront une élévation du niveau des mers, ce qui pourrait être catastrophique pour les zones côtières et surtout pour les villes situées près des océans.

Jusqu’à présent, il est difficile de l’imaginer autrement que visuellement. Mais un nouveau projet photographique vise à montrer ce qui se passerait dans plus de cent villes du monde si la température de la planète augmentait de trois degrés Celsius.

Les images sont intéressantes car il s’agit de représentations photoréalistes de l’élévation du niveau de la mer et de l’impact que cela aurait sur chaque ville. Par exemple, une partie de la ville de La Havane, à Cuba, serait pratiquement submergée.

De même, la cathédrale Saint-Paul de Londres, en Angleterre, verrait l’une de ses entrées déborder d’eau, presque aussi haute que les bus à deux étages typiques qui circulent dans la capitale anglaise.

Le cas des gratte-ciel de Lujiazui à Shanghai, en Chine, serait peut-être plus dramatique, car les rues environnantes seraient complètement submergées par les eaux.

D’autres images du projet sont moins photoréalistes et sont basées sur des photographies de Google Earth, mais servent tout de même à illustrer le désastre que la montée des eaux provoquerait dans diverses régions du monde. Par exemple, ce qui se passerait dans la ville de Mazatlán, au Mexique, où l’eau formerait une sorte de lac dans les rues qui ne sont pas si proches de la côte.

Au total, 164 villes sont représentées sur le site Climate Central ; certaines avec des images photoréalistes, d’autres basées sur Google Earth et certaines même avec des vidéos.

Ces données se fondent sur une étude publiée par quatre chercheurs (Benjamin Strauss, Scott Kulp, DJ Rasmussen et Anders Levermann), qui révèle qu’au moins un pays de chaque continent est gravement menacé, sans compter les pays installés sur de petites îles qui disparaîtraient complètement.

L’étude indique également que des pays comme l’Indonésie, la Chine et l’Inde ont les plus grandes populations vivant dans des zones exposées ; paradoxalement, ce sont les pays qui ont créé le plus de centrales au charbon ces dernières années.

Google veut intégrer Instagram et TikTok dans ses résultats

Facebook : des séries, des films et des documentaires pour comprendre sa crise