in ,

Volkswagen va changer son nom en “Voltswagen” aux États-Unis.

Volkswagen prévoit de changer son nom de marque américain en “Voltswagen” alors qu’il oriente de plus en plus sa production vers les véhicules électriques et tente de prendre ses distances par rapport au scandale de la tricherie sur les émissions de ses véhicules, a déclaré lundi une personne ayant connaissance de ces projets.

La société devrait faire l’annonce officielle mardi qui a demandé à parler sous couvert d’anonymat parce que les plans n’ont pas été rendus publics.

La société a brièvement publié une déclaration sur son site web tôt lundi pour annoncer le changement de nom. Un journaliste de USA Today a remarqué la déclaration avant qu’elle ne soit retirée. Le document est daté du 29 avril.

En attendant, VW accepte les réservations pour le nouveau SUV électrique ID.4 aux États-Unis. C’est le seul nouveau modèle électrique de la société à être vendu dans le pays, bien que d’autres modèles soient prévus, notamment une réédition nostalgique du Microbus de la société.

Même avec l’ID.4 en vente, seule une petite fraction des VW sur les routes américaines portera le nom de “Voltswagen”. Dans un avenir prévisible, la plupart des véhicules vendus par l’entreprise aux États-Unis continueront d’être à essence et de porter la marque “VW”. L’année dernière, le constructeur allemand a vendu un peu moins de 326 000 véhicules de la marque VW aux États-Unis.

La personne au courant du projet a déclaré que le nom de Volkswagen Group of America, qui comprend également les marques Audi, Bentley, Bugatti et Lamborghini, ne changera pas. Au contraire, seul le “k” de la marque Volkswagen sera changé en “t”.

Les véhicules électriques porteront un badge extérieur avec le nom “Voltswagen”, tandis que les véhicules à essence porteront toujours l’habituel “VW” mais pas de nom de marque, a ajouté la personne.

La déclaration indique que cette décision équivaut à une déclaration publique de l’investissement futur de l’entreprise dans les véhicules électriques.

VW a tenté de redorer son image après que les autorités américaines ont découvert en 2015 que ses véhicules diesel dits “propres” trichaient aux tests d’émissions. Les véhicules activeraient les contrôles de pollution pendant les tests de l’Agence de protection de l’environnement, puis les désactiveraient pendant l’utilisation dans la rue.

Volkswagen a plaidé coupable en 2017 et a accepté de payer 4,3 milliards de dollars de pénalités civiles et pénales, ainsi que des milliards de dollars supplémentaires pour racheter les voitures. Deux personnes sont allées en prison.

Des clients de Tesla affirment avoir été doublement chargés pour leurs voitures

Spotify envisage de lancer sa propre version de Clubhouse.